S'informer

Consommation massive par les jeunes de gaz hilarant sur Bordeaux, la fin du fléau ?

Depuis plusieurs années, Bordeaux est victime de la consommation par des jeunes de gaz hilarant. Un produit dangereux qui entraîne de lourdes séquelles. Aujourd’hui le Parlement a décidé d’agir contre ce fléau qui touche surtout les jeunes.

Comme dans beaucoup de villes, Bordeaux est en proie à la consommation par les jeunes de protoxyde d’azote. Ce gaz est initialement utilisé comme propulseur dans les siphons de cuisine. Pourtant, quand il est détourné, il se transforme en gaz hilarant très nocif pour la santé. Vertiges, troubles respiratoires, perte de connaissance ou encore troubles neurologiques ne sont que quelques exemples de problèmes causés par ce produit. La consommation de cette nouvelle toxine coïncide fortement avec la vente au grand public de siphon individuel pour faire une chantilly maison. 

© Luc Nobout – MAXPPP

Aujourd’hui le Parlement a approuvé une loi pour contrer ce phénomène. Désormais, l’incitation des jeunes à la consommation de gaz hilarant est condamnée par une amende de 15 000€. Mais ce n’est pas tout, puisque la loi prévoit aussi l’interdiction de la vente aux mineurs de ce produit. De plus, les sites d’e-commerce devront spécifier de leur côté cette nouvelle règle. Les bureaux de tabac et les débits de boisson seront aussi impactés par cette loi, avec une interdiction pure et simple de vendre à qui que ce soit ce produit. Enfin la loi interdit la vente de produits pouvant servir à en créer soi-même.

Grâce à cette nouvelle loi, nous pouvons espérer que ce fléau s’arrêtera à Bordeaux. Rappelons qu’en 2019, 66 cas d’intoxications avaient été recensés, dont 42 qui à la suite de l’intoxication ont eu des troubles neurologiques graves. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page