S'informer

Bordeaux est la 4ème ville la plus embouteillée de France

Comme chaque année, « TomTom » fait un point sur le trafic routier à travers le monde. Et pour 2021, c’est la douche froide pour Bordeaux.

L’année 2020 a été un record à sa manière. En effet, les confinements à répétition et la généralisation du télétravail ont diminué drastiquement l’utilisation de la voiture à travers le monde. Mais en 2021, la reprise du travail en présentiel et la peur d’une contamination dans les transports en commun ont eu raison de notre trafic routier.

© Le trafic routier sur la rocade augmente en 2021 au même rythme que la reprise du travail en présentiel - Wikipédia
© Le trafic routier sur la rocade augmente en 2021 au même rythme que la reprise du travail en présentiel – Wikipédia

Même si nous ne sommes pas retournés aux chiffres d’avant la crise sanitaire, les données analysées en 2021 se rapprochent de celles obtenues en 2019. Pour cette 11e édition, c’est plus de 404 villes dans 58 pays qui ont été observés.

Ainsi il en est ressorti qu’au niveau mondial Bordeaux se place à la 63e position avec plus de 32% de congestion. C’est-à-dire que sur un trajet en heure de pointe, il faudra ajouter en moyenne 20 minutes supplémentaires. Un chiffre plus important qu’en 2020 et équivalent à 2021.

© Des temps de trajets qui s'allongent, mais qui sont le résultat de plusieurs facteurs - TomTom
© Des temps de trajets qui s’allongent, mais qui sont le résultat de plusieurs facteurs – TomTom

Une situation qui peut s’expliquer par plusieurs facteurs :

  • Une augmentation de la présence physique en entreprise
  • Des travaux qui s’accumulent
  • La peur d’être contaminé dans les transports en commun
  • Une modification des signalisations

Cette accumulation de contraintes fait que malheureusement les temps de trajets augmentent. En 2021, les Bordelais ont perdu l’équivalent de 6 jours et 1h. Une donnée qui peut faire peur, mais qui correspond à 12h de moins qu’en 2019.

© Plus de 6 jours de perdus dans les bouchons en un an, une situation problématique qui pourra peut-être s'arranger l'année prochaine - TomTom
© 6 jours de perdus dans les bouchons en un an, une situation problématique qui pourra peut-être s’arranger l’année prochaine – TomTom

Enfin, l’utilisation accrue du télétravail et la flexibilité des horaires, a décalé en moyenne de 40% les heures de pointe. En France, Paris se retrouve à la première place (36%) suivie par Marseille (35%) et Toulon (33%).

D’ici la fin de l’année, les travaux de la rocade seront finis et la signalisation sera mise à niveau pour mieux se repérer dans la ville. Il ne nous reste plus qu’à voir comment Bordeaux va évoluer dans le futur. Réponse l’année prochaine.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page