S'informer

L’éclairage public de Bordeaux bientôt géré par l’intelligence artificielle ?

Moduler l’éclairage public en fonction de la fréquentation des rues, c’est un projet plus que nécessaire pour de nombreuses communes.

Une startup bordelaise, NRGY Box, lancée il y a bientôt 3 ans a développé un système de pilotage pour l’éclairage public. Une aubaine pour les mairies françaises qui sont en recherche d’alternatives à l’éclairage public pendant la nuit. Cela représente 41 % de la consommation électrique des communes, et plus de 10% de la consommation nationale totale d’électricité. Ces chiffres alarmants font réfléchir, et grâce à l’intelligence artificielle cette question pourrait bien être résolue.

Une solution qui résoudrait beaucoup de problèmes liés à l’éclairage public © NRGY Box

Comment ça fonctionne ? Il s’agit d’un boîtier apposé à chaque lampadaire, ou éclairage, qui est en liaison directe avec les opérateurs téléphoniques. L’objectif : connaitre le flux de personnes présent dans la zone, et éclairer en fonction. Ce projet coche toutes les cases car il permet d’éclairer peu quand la zone est vide. Mais permettre à toutes et tous de marcher en sécurité dans la ville. Cette solution pourrait changer beaucoup de choses en terme de consommation électrique et de pollution lumineuse.

Cette innovation plait déjà, puisque la ville de Gradignan a déjà équipé un quartier entier avec ces boitiers. « Nous avons équipé tous les poteaux d’éclairage public d’une grande zone d’activité, où la fréquentation baisse nettement à partir de 19-20 heures. Nous avons pu isoler des temporalités où l’éclairage n’est pas nécessaire, et nous le déclenchons uniquement à certaines heures et quand il y a du mouvement. Le résultat est intéressant, surtout au regard de l’investissement qui n’est pas très coûteux. », nous explique le maire, Michel Labardin. Les communes ont tout a gagner en installant ces systèmes.

Un projet visé vers le futur pour un éclairage plus intelligent © NRGY Box

NRGY Box vient d’embaucher une dizaine de personnes pour industrialiser et commercialiser leur boitier, pour permettre à de plus en plus de communes de mieux gérer leur éclairage public dans l’avenir.

À lire aussi : Madame Pang, le bar bordelais parmi les meilleurs au monde !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page