S'informer

Les experts sont formels : la presqu’île du Cap Ferret sombrera sous les eaux d’ici 2100

D’après le rapport de la GIEC (Groupe Intergouvernemental de l’Évolution Climatique) apparu fin août, la situation climatique va avoir un impact destructeur en Nouvelle-Aquitaine et la presqu’île du Cap Ferret ne sera que la partie visible de l’iceberg.

Depuis déjà plusieurs décennies, nous savons que les côtes aquitaines sont menacées par la montée des eaux et l’érosion. Ces dernières années, ce constat s’est aggravé dû au réchauffement climatique. Les phénomènes météorologiques et les catastrophes naturelles sont plus violents et augmentent. Mais le pire reste à venir selon les experts. 

© BRGM – Pire scénario pour le Bassin d’Arcachon en 2100

Avec la fonte des glaces qui s’intensifie, de nombreuses îles et presqu’îles de la côte Atlantique pourraient subir le même sort que le Titanic. Cette situation sera d’ailleurs le cas pour la presqu’île du Cap Ferret. Selon les prévisions des scientifiques, elle pourrait disparaître d’ici 2100. Mais cette situation n’est qu’une conséquence parmi beaucoup d’autres. Dans la forme la plus pessimiste des prévisions, une partie de Bordeaux pourrait se retrouver sous les eaux et de nombreuses communes pourraient disparaître comme Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Vincent-de-Paul ou Ambès. 

© BRGM – Pire scénario pour l’agglomération bordelaise en 2100

Cette situation qui n’est pour l’heure qu’une simple prédiction pourrait devenir réalité si rien n’est fait dès aujourd’hui. Selon les experts plus de 6000 logements seront menacés d’ici 2050 si aucun aménagement n’est construit pour se protéger. 
Pour contrer cette catastrophe, la ville de Lacanau a développé un plan de relocalisation d’une partie des aménagements et des logements à l’intérieur des terres. De plus, la création d’ouvrages de protection va s’intensifier pour garantir au maximum la sécurité des habitants. 

© Érosion des côtes aquitaines – Ville Biscarrosse

Actuellement l’avenir de nos côtes aquitaines est très incertain. Beaucoup d’éléments peuvent modifier en bien ou en mal l’avancée du phénomène. Il faut se préparer à avoir de plus en plus de problèmes et d’inondations dans les décennies qui arrivent. Pour autant, quelles que soient les décisions que nous prendrons, nous ne vivons plus qu’à crédit.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Les soi-disant prévisions du GIEC qui sont utopiques et sans fondement cartésien (on peut toujours penser que l’Aquitaine a été sous l’eau avec les fossiles d’huîtres trouvées sur les coteaux de St.Croix du Mont) ne sont émises que pour étayer leur idéologie du réchauffement climatique du à l’Homme.
    Alors qu’il ne s’agit que d’un phénomène cyclique auquel il vaudrait mieux se préparer et mettre son intelligence à sa survie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page