Bordeaux InsoliteLes Bons PlansLes incontournablesS'informerVisiter

Les secrets enfouis de la place des Quinconces

Bouger à Bordeaux et les Éditions Jonglez s’associent pour vous proposer une nouvelle rubrique hebdomadaire pour découvrir les secrets de Bordeaux. Laissez-vous embarquer dans un voyage à travers le temps et les âges où réalité et fantaisie se mélangeront. Apocalypse, Franc-maçonnerie ou encore divinités d’un ancien temps, c’est une toute nouvelle vision de Bordeaux qui vous attend dès maintenant.

Éditions Jonglez

Face à la Garonne, de dos par rapport à la place des Quinconces, la plus grande place de France et l’une des plus vastes d’Europe (12 hectares), se dressent deux colonnes. À l’instar des colonnes du temple de Salomon à Jérusalem, elles symbolisent en quelque sorte l’entrée de la ville. Hautes de 21 mètres, conçues en 1828 par Alexandre Poitevin (1782-1859), un architecte bordelais, ces deux colonnes ornées de nombreux symboles sont à leur sommet coiffées par deux statues orientées vers le fleuve.

Pixabay

Dans leur partie inférieure, les deux colonnes ont été ornées par Florent Bonino, un ornemaniste d’origine italienne, de quatre proues de navires avec leurs rostres (éperons) réalisés avec deux faisceaux de trois glaives, placées de manière symétrique en indiquant les quatre points cardinaux. 

Depuis l’Antiquité, la présence de rostres souligne la maîtrise des mers et rappelle la victoire de la flotte romaine sur celle de Carthage. 
La référence à la navigation sur toutes les mers du globe est de nouveau affirmée par la présence, au-dessus des rostres, d’une ancre de marine. 

Éditions Jonglez

Au-dessus des rostres, un autre symbole est visible : celui du caducée, un des attributs d’Hermès dans la mythologie grecque. Constitué d’une baguette d’olivier surmontée de deux ailes et entourée de deux serpents entrelacés, le caducée d’Hermès est le symbole du mot juste, celui qui entretient la concorde, mais aussi celui du commerce. 

Enfin, au-dessus de tous ces symboles, se trouve une étoile à cinq branches qui est, entre autres, la représentation symbolique de l’Univers avec ses quatre éléments (air, eau, feu et terre) et le cinquième, l’esprit qui règne sur eux.
Au sommet de chaque colonne, les statues de bronze dirigées en direction du fleuve représentent Hermès et Artémis. 

Hermès – Édition Jonglez

Déesse de la chasse, Artémis est aussi la déesse protectrice des chemins et des ports. De sa main droite, elle désigne le port et le fleuve, alors que sa main gauche tient un gouvernail, une attitude en rapport avec un de ses nombreux attributs, le croissant de lune, qui n’est pas sans évoquer le surnom de Bordeaux, le port de la lune.

Dieu des échanges et du commerce, Hermès est aussi le gardien des routes et le patron des voyageurs : il est ici figuré avec son attribut, le caducée, dans la main droite, alors qu’il tient de la main gauche un contrat et qu’à ses pieds a été sculptée une corne d’abondance.

Artemis – Éditions Jonglez

Pour y accéder :

Tramway : lignes B et C

Bus : n° 2, 3, 6, 26, 29 et 47

Si vous souhaitez en savoir plus sur le mysticisme qui entoure Bordeaux et ses alentours, nous vous conseillons vivement de vous procurer le guide de Bordeaux Méconnu et Alentours. Pour soutenir ce type de guide, n’hésitez pas à aller voir le site des Éditions Jonglez et à commander votre guide.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page